Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,


Comme avec la plupart des subcultures, on ne peut pas vraiment trouver où le phénomène a commencé, et qui en a eu l’idée. Certains disent que c’était dans les fêtes foraines Européennes  d’il y a une demi-siècle, d’autres que l’émergence a eu lieu aux Etats Unis, notamment en Californie, New York (of course) et San Francisco. 0n parle aussi des camions en Asie qui allaient de village en village avec des plats mijotés. Je pense qu’on ne saura jamais. Nouvelle tendance culinaire, mais en fait pas si neuve que ça.

Que-ce-que c’est un Food Truck alors ?
En France, le terme technique exact est « commerce ambulant » et est défini dans la  Loi n°69-3 du 3 janvier 1969 (soit la même que pour les gens du voyage qui circulent dans le pays sans domicile ni résidence fixe)

« Profession ou une activité exercée sur la voie publique, sur les halles, marchés, champs de foire ou de fêtes ou par voie de démarchage dans les lieux privés et ayant pour objet soit la vente d’un bien mobilier, soit la conclusion d’un contrat de location ou de prestation de service ou d’ouvrage, soit la présentation d’un spectacle ou d’une attraction ».

Mais bon, ce texte est sec et pas vraiment parlant pour quelqu’un qui n’a jamais vu un food truck, donc je vais le décrire au mieux dans ce billet. Un Food Truck (pas de mot Français officiel encore) est un camion équipé d’une cuisine où l’on prépare (ou pas, mais j’y viens un peu plus tard) de la nourriture pour la vente à emporter. Le camion se déplace ensuite et se gare sur les marchés, les places centrales etc., pour le temps du déjeuner, dîner, ou lors d’évènements. Le camion change d’emplacement souvent, voire tous les jours, et même plusieurs fois par jour.

Mon premier souvenir d’un food truck vient de Suède où effectivement une fois par semaine on avait un van (ou surement plusieurs)  qui tournait à Stockholm, se garait 15 minutes dans ma rue tous les mardis et où l’on pouvait acheter de la glace. La mélodie  qui annonçait le van à glaces reste pour toujours gravée dans mes souvenirs d’enfance.

Alors, quels sont les avantages d’avoir un Food Truck ?
Les charges . Le plus coûteux c’est l’achat du camion et/ou la transformation en cuisine ambulante. Mais ensuite il n’y a pas de loyer et les charges sont faibles (un emplacement à Lyon c’est 20€/jour, info de la Mairie).  Ça permets aux cuisiniers de ces camions de vraiment investir dans la qualité des produits.

C’est moi qui trouve le client. On peut se déplacer là où se trouve le client: sur les marchés, lors d’un événement en ville ou une place bien fréquentée le midi ou soir.

C’est un fast food, donc pas de vaisselle et un minimum de personnel à cause de la taille. Parfait pour les auto-entrepreneurs et la encore on revient aux charges faibles.

On est mobile. La saison sur la côte d’azur est finie ? On bouge ailleurs.
Un mariage dans le Beaujolais ? Pas de problème, et demain un anniversaire à Villeurbanne, puis dimanche un festival à Vienne…

Et les inconvénients ?
La taille. Plus c’est grand, plus on a du personnel, plus on fait du chiffre. Un camion atteint rapidement ses limites et il faut vraiment être bien organisé pour avoir assez de portions. Ou bien, comme dans le cas de restaurants et traiteurs qui en plus de leur activité possèdent un camion ambulant : la possibilité de revenir «au labo» chercher plus de nourriture. Pas de cuisine dans le camion mais uniquement l’assemblage, réchauffement et service. Mais ça aussi à un coût.

La législation Elle n’est pas vraiment adaptée à la demande. Nombreux sont les gens qui voudraient un emplacement mais les places en ville sont très limitées, parfois, comme en ce moment à Lyon, uniquement sur les marchés et lors d’évènements particuliers comme la fête de la musique ou la fête des lumières.

Plus de places, un abonnement annuel…la liste des améliorations souhaitées est longue. Les changement vont venir mais ce n’est pas pour demain.

En Suède, celui qui se gare  sur une place parking pour servir de la nourriture, viole le droit de circulation. On n’a pas le droit de s’arrêter avec la voiture  pendant longtemps sur une place ou une rue (sauf place parking bien évidement) sauf que le temps d’arrêt n’est pas vraiment défini par la loi. Combien de temps est trop longtemps ? 5 minutes ? Une heure ?

Les rares Food Trucks Suédois essayent justement de s’installer gentiment en profitant de cette faille dans la loi mais en même temps ils se mobilisent via les médias sociaux et restent en contact avec des politiciens, pour faire avancer la législation. En attendant, ils vivent des événements, comme mariages, fêtes et festivals.

Une discussion sur un Food Park à Brunkeberg et Upplandsväsby (Stockholm) pour les camions est en cours.

Le prix de l’essence et le manque d’alternatives écolos. Non, je n’entre pas dans cette discussion là, mais on se comprend.

A quoi ressemble un Food Truck ?
Large, carré et plutôt ludique, souvent avec des dessins inspirés du graffiti, du graphisme des tatouages, des BD…Les Food Trucks font tout pour se démarquer.

 Ici, tu trouves une vidéo où le fondateur de El Taco Truck Stockholm raconte son histoire. J’adore cette vidéo: nous sommes si cool à Stockholm…C’est vrai en plus.

&nbsb;

Food Trucks en France 
Le plus connu et qui n’a presque plus besoin de présentation est Le Camion Qui Fume à Paris. Kristin Frederick, américaine d’origine est une ancienne de la même école de cuisine que moi, Ferrandi à Paris, et gâte les parisiens avec de vrais burgers à l’Américain. Le succès est énorme.

A Lyon ils ne sont pas nombreux mais mon préféré est Aklé . Sur les marchés de Lyon on peut goûter aux sandwiches Libanais, ou le man’ouché, qui sont fait minute (pressées s’abstenir) dans la règle de l’art libanais (oui, oui, avec le pain cuit minute et tout).  Il y a aussi des salades, mezzés et pâtisseries libanaises et en plus, plus, Aklé fait traiteur.

Food Trucks ailleurs
Aux Etats Unis ils sont nombreux, mais parmi les plus connus Calexico, Baby Badass Burger, The Nomnom Truck et Kogi BBQ.

En Suède c’est le El Taco Truck dont tout le monde parle.

Dépendant des réseaux sociaux pour se faire connaitre, communiquer leur emplacement et le menu du jour, ils ont tous une page web ou au moins Facebook ou Twitter. Donc pour les curieux, il suffit de faire une recherche sur internet pour trouver le camion le plus proche.

C’est bon, C’est ludique, C’est mobile, C’est street food baby !